Rechercher
  • Julie Boisseau

Where is the Flow?

Il y 2 catégories de personnes : celles qui, le matin, sautent du lit en pleine forme dès la première sonnerie du réveil (voire même avant la sonnerie 😊) et celles qui appuient 3 fois sur le bouton snooze et qui préfèreraient rester toute la journée au lit.

Les premières se lèvent heureuses de la journée qui les attend et ce bonheur les remplit d’énergie.

Pour les secondes, il y a deux possibilités :

· Soit, elles ont fait la fête toute la nuit et là, on comprend que se lever à 6h, ce n’est juste pas possible.

· Soit, elles ont perdu toute motivation et sont déjà très fatiguées au réveil à l’idée de rejoindre leur job.

Pendant des mois, j’ai fait partie de cette deuxième catégorie. Longtemps, je me suis demandé pourquoi j’étais si fatiguée le matin.

Certes, j’étais jeune maman d’un loustic qui ne faisait pas ses nuits (et qui à 2 ans ½ ne les fait toujours pas), mais je dois bien reconnaitre que c’était plutôt son super papa qui assurait le SAV. Ça ne pouvait pas être ça.

Certes, je me couchais relativement tard mais j’avais quand même mes 7 heures de sommeil réglementaires. Ce n’était pas ça non plus.

Sur le chemin du travail, il me fallait mon grand mug de café bien serré pour m’assurer d’arriver entière au boulot et bien souvent, j’avais tout un tas de maux qui venaient perturber mon trajet.

Et puis un jour, j’ai réalisé que cette drôle de maladie qui m’épuisait s’appelait le Flow ! Ou plutôt l’absence de Flow.

Le flow, c’est un état qui apporte bonheur et épanouissement personnel. C’est cet état qu’on ressent quand on est parfaitement aligné, quand on réalise une activité qui nous motive intrinsèquement, une activité pour laquelle il y a un défi à relever et pour laquelle on a les compétences. Alors, on se sent comme transporté, on en oublie même parfois de boire et manger.

Je suis certaine que tu vois très bien de quoi je parle. Ce flow, c’est de la dynamite. Quand on y goûte, on est prêt à déplacer des montagnes et plus aucun obstacle ne peut se mettre en travers de notre chemin. On fonce vers notre objectif et on prend un plaisir énorme à l’atteindre.

Quand j’étais sur le chemin de mon boulot avec mon café bien serré, j’écoutais également la musique à fond et il y a une chanson que j’aimais particulièrement et qui résonnait en moi : RESISTE de Michel Berger. Et puis un matin, ces paroles ont résonné beaucoup plus fort que d’habitude :

« Si tu réalises que la vie n'est pas là Que le matin tu te lèves sans savoir où tu vas

Résiste Prouve que tu existes Cherche ton bonheur partout, va Refuse ce monde égoïste, résiste Suis ton cœur qui insiste Ce monde n'est pas le tien, viens Bats-toi, signe et persiste »

Et là, j’ai réalisé que ma vie n’était pas là, que le matin je me levais sans savoir où j’allais et que j’allais désormais suivre mon cœur et résister.

Et c’est à partir du moment où j’ai pris cette décision de suivre mon cœur et mon instinct qui me disaient que j’étais en train de me perdre que j’ai réussi, quelques mois plus tard, à toucher du doigt mon flow. Je ne l’ai pas encore complètement atteint parce que c’est une chose précieuse et le chemin pour l’atteindre nécessite introspection et mise en action mais je le sens… il est là tout près, il me tend la main.

Nous pouvons tous connaitre cet état. Quand nous le rencontrons dans notre job, nos journées prennent une couleur chaude et très agréable et nos réveils, crois-moi, sont beaucoup plus énergiques !

Alors, j’ai deux questions pour toi (n’hésite pas à répondre en commentaires)

· A quelle catégorie appartiens-tu? Les énergiques au saut du lit ou les laisse-moi dormir je ne veux pas y aller ?

· Veux-tu rencontrer ton flow et connaitre cet état de bonheur et d’accomplissement ?

Parlons-en 😊

Lovelyment,

Julie




18 vues0 commentaire