Rechercher
  • Julie Boisseau

Petit kit de survie pour dirigeant déconfiné


Dans mon dernier article « Prendre soin de ses collaborateurs, une nécessité qui ne s’improvise pas » j’évoquais à reprendre le travail après le confinement en considérant ces deux mois comme une simple parenthèse et à faire comme si rien n’avait changé. Pour moi la priorité pour chaque dirigeant était alors de prendre soin de ses collaborateurs.

Mais comment faire ?

Pour prendre soin des autres, il faut d’abord prendre soin de soi-même. C’est essentiel et on l’oublie trop souvent.

Alors j’ai décidé de consacrer cet article au dirigeant lui-même.

Le confinement a mis à rude épreuve les chefs d’entreprise. Ceux qui, d’ordinaire, sont sur tous les fronts, donne le cap, mènent projet sur projet pour faire prospérer leur entreprise et être à la hauteur de la confiance que place en eux chaque salarié se sont retrouvés stoppés net dans leurs activités et plongés de façon immédiate dans l’incertitude.

Certes, beaucoup se sont retroussé les manches et ont œuvré d’arrache-pied pendant tout le confinement pour maintenir les activités qui devaient ou pouvaient l’être, organiser le télétravail, gérer les flux de trésorerie, tenter de préparer l’avenir. 

Beaucoup ont passé des nuits agitées à se demander comment faire pour sortir la tête haute de cette épreuve… La crainte d’une reprise incertaine, la crainte du dépôt de bilan, l’incertitude de pouvoir conserver tous les emplois.

Selon une étude menée par l’observatoire AMAROK la population entrepreneuriale en risque de burnout a doublé en un seul mois de confinement et près de 300 000 dirigeants seraient en détresse psychologique. Pas étonnant quand on sait le poids des responsabilités portées par les chefs d’entreprise.

Le dirigeant est avant tout un être humain. Un être fait d’émotions et comme tout un chacun il réagit à ce contexte particulier avec les moyens qui sont les siens.

Ce n’est pas un surhomme et pourtant rares sont ceux qui s’écoutent vraiment. Sans vouloir généraliser, les chefs d’entreprise ont souvent des traits de personnalité similaires qui dans un contexte tel que celui que nous vivons, peuvent leur jouer des tours et faire que les émotions ressenties explosent comme de vraies bombes à retardement. Pour éviter d’en arriver à un tel drame et pour le dirigeant, et par voie de conséquences pour son entreprise elle-même, il va être nécessaire dans les jours qui viennent de s’appliquer quelques principes.


S’écouter et cultiver la bienveillance 

Le chef d’entreprise se voit souvent, à tort, comme celui qui doit avoir toutes les réponses à toutes les questions, celui qui en toute circonstance doit faire bonne figure, celui qui soutient les autres et ne se plaint pas. Stop !

Revenir de confinement et endosser ce rôle c’est s’exposer à de sérieux risques de pétage de plombs. En effet, nier ses émotions et ses ressentis au motif qu’il faut reprendre l’activité et qu’il n’y a pas de temps à perdre, surtout pas à s’apitoyer sur son sort, c’est actionner le bouton du détonateur. Au mieux la mèche sera longue et les démineurs arriveront à temps pour vous sauver, au pire la bombe explosera et les dégâts seront considérables.

Alors Mesdames et Messieurs les dirigeants, sachez vous écouter. Laissez sortir les émotions qui sont en vous et accueillez-les avec bienveillance. Les vertus d’un tel comportement seront multiples. Non seulement vous constaterez qu’accueillir une émotion permet de comprendre ce qui se passe en vous à l’instant T. Elle vous reconnecte au présent. L’identifier et l’analyser permet d’en réduire l’intensité et la portée (surtout lorsque cette émotion est négative). In fine vous arrivez à accepter tous ces ressentis et vous êtes en paix avec vous-même. 

Accueillir une émotion avec bienveillance c’est se dire « OK, voilà ce que je ressens. Ce n’est ni bien ni mal, c’est juste comme ça ». Vous verrez ça fait un bien fou !

S’écouter et cultiver la bienveillance vous permettra également d’être plus en accord avec vous-même et donc de renvoyer une image plus sereine à vos interlocuteurs. C’est alors un cercle vertueux que vous mettrez en place. Vous serez authentique et donc mieux écouté et respecté par vos collaborateurs qui verront en vous avant tout l’être humain au lieu de voir le dirigeant. Quand un tel rapport s’instaure, bien des conflits existants ou à naître s’amenuisent voire disparaissent.


Prendre du temps pour soi

S’accorder du temps pour soi est essentiel. On ne prend jamais les bonnes décisions quand on n’a pas les idées claires. Alors oui, il va falloir être sur le terrain pour remettre en route la machine, pour aller au contact des clients et partenaires, pour être présent et exemplaire vis-à-vis des collaborateurs. C’est vrai et cela va nécessiter un fort investissement. Mais tous ces temps forts seront bien vécus si vous savez à un moment vous arrêter, vous reposer, faire quelque chose rien que pour vous (du sport, de la méditation, de la lecture…). Ce temps pour vous c’est comme si vous entriez dans une bulle pour vous élever et observer la situation. Ce repos vous permet à la fois de vous reposer physiquement et psychiquement - et c’est ce qui fait que vous tiendrez sur la longueur - mais c’est aussi l’occasion de prendre du recul. Ils sont nécessaires à votre bien-être.

Or, plus vous serez bien dans vos baskets et plus vous serez un dirigeant clairvoyant.


S’entourer des bonnes personnes

 S’il y a bien une chose fondamentale dans pareil contexte c’est de ne pas rester seul. La solitude du dirigeant vous la connaissez. Certains diront même qu’ils y sont habitués. Certes. Mais croyez-moi, en ce moment elle est votre pire ennemie. 

S’entourer c’est savoir se préserver. Le poids des responsabilités est actuellement trop lourd à porter pour un seul être humain. N’oubliez pas qu’au-delà de votre entreprise vous devez aussi être présent pour votre famille. A force de rajouter des pierres dans votre sac, il finit par devenir trop lourd et vous immobiliser sur place. Vous entourer, c’est l’opportunité de confier vos soucis, vos tracas… C’est avoir une oreille attentive qui ne juge pas. Ça fait un bien énorme. 

C’est grâce à cet espace de parole que vous allez créer avec cet autre qui peut être un ami, un proche collaborateur, un coach que vous allez pouvoir décharger tout le poids des responsabilités que vous portez quotidiennement et ainsi alléger votre charge mentale. Or, plus vous vous sentirez libéré et plus vous aurez l’esprit alerte pour prendre les bonnes décisions et piloter votre business.


Avoir un projet phare

Une fois que vous aurez réussi à exprimer vos émotions et donc à vous ancrer dans le présent, que vous aurez pris du recul grâce au repos que vous serez accordé, que vous serez allégé de quelques soucis qui vous empêchent d’avancer, alors, vous pourrez entrevoir l’avenir positivement. Et quoi de plus stimulant pour cela que de démarrer un nouveau projet. Débuter un projet a cet effet enthousiasmant et galvanisant qu’on recherche tous en ce moment. Dans sa phase de démarrage on s’autorise à rêver l’impossible à entrevoir notre idéal et ça fait du bien. De cet idéal sort souvent quelque chose de très motivant, un chemin qu’on n’avait pas anticipé mais qui au final nous emmènera vers une destination qui nous enrichira.

Vous dirigeants, vous avez besoin de cette adrénaline et de cette motivation. Elles font partie de votre ADN. Alors n’attendez plus. Lancez-vous !

Vous embarquerez alors vos collaborateurs dans un voyage optimiste, dans une traversée commune qui recréera les liens qui se sont distendus pendant le confinement. C’est par la nouveauté et le projet fédérateur que vous arriverez à trouver le chemin du renouveau et du plaisir de travailler ensemble. Le Covid-19 sera alors derrière vous et votre entreprise n’en sera que plus forte.

Vous avez cette responsabilité. Cette responsabilité de piloter votre activité et vous ne pourrez le faire que si vous êtes bien avec vous-même. 

Nous sommes à l’aube d’un grand week-end. Profitez-en pour déconnecter, vous reposer, passer du temps avec vos proches. Dès lundi, une nouvelle aventure commence. Vous en serez le capitaine mais un capitaine averti !

Et si dans votre envie de vous entourer ou d’envisager un nouveau projet vous voulez me contacter… Vous connaissez le chemin … un petit clic sur ma messagerie et je me ferai un plaisir de vous accompagner.

A bientôt

0 vue0 commentaire